presse

Image002

Auto Moto vous l’annonçait il y a 6 mois ! Ça y est, c’est fait, le Parlement a entériné la profonde modification du contrôle technique dans le cadre de la loi sur la transition énergétique. Ce changement entrera en vigueur le 1er janvier 2017. À cette date, la nouvelle procédure de mesure de la pollution concernera aussi bien les modèles essence que diesel. Elle consistera en une analyse thermodynamique de 5 gaz, qui donnera une image de la “capacité respiratoire” du moteur. En d’autres termes, elle permettra de mesurer le niveau d’encrassement de l’admission et/ou de l’échappement.

 

Pour les diesels, ce contrôle sera associé à une mesure plus fine des particules. À l’issue du test, chaque véhicule sera classé dans une catégorie : vert (tout va bien), orange (fonctionnement altéré) et rouge (réparation nécessaire). Seuls ceux appartenant à la dernière devraient être soumis à une contre-visite.Évidemment, cette nouvelle procédure de contrôle risque d’être vécue par beaucoup d’automobilistes comme une contrainte budgétaire supplémentaire. Or, c’est faux… à une exception près.

Ceux qui ont fait neutraliser la vanne EGR (recyclage des gaz d’échappement) ou supprimer le filtre à particules de leur diesel (pratique de plus en plus courante, en particulier chez certaines catégories socioprofessionnelles comme… les taxis) ne passeront plus à travers les mailles du filet. Ils encourent même, selon le texte de loi, une amende de 7 500 € et l’interdiction d’exercer une activité professionnelle pendant un an ! Pour les autres, cet éco-diagnostic rapide (2 minutes) et peu onéreux permettra, à l’image d’une prise de sang, de prévenir des maladies graves. En effet, selon une étude de l’Ademe, plus de 60 % des véhicules (majoritairement des diesels) ont au moins une dérive fonctionnelle qui échappe aux valises actuelles de diagnostics électroniques. Et les modèles les plus récents, ceux répondant aux normes antipollution euro 4 et euro 5 (soit 72,2 % du parc), sont plus touchés que les autres.

DÉTECTER LES PROBLÈMES

Nous le répétons régulièrement à Auto Moto : les diesels modernes ne sont pas faits pour les embouteillages, ni pour les courts trajets à froid. Si vous avez un diesel “common rail” et, à plus forte raison, un modèle équipé d’un filtre à particules, il a toutes les chances de s’encrasser sévèrement si vous n’empruntez pas fréquemment l’autoroute. L’éco-diagnostic 5 gaz du nouveau contrôle technique décèlera ce phénomène avant l’apparition de problèmes plus graves, comme la casse du turbo ou le colmatage du filtre à particules. Un contrôle approfondi pourra alors être réalisé en atelier pour déterminer l’origine exacte du mal et y remédier grâce à des traitements ciblés. C’est ce qu’on appelle l’éco-entretien. C’est, selon nous, une avancée considérable, car on ne peut pas continuer de faire l’entretien d’une Peugeot 308 BlueHDicomme on faisait celui d’une 404 
diesel.

Selon David Derégnaucourt, directeur général de Spheretech, une société qui développe des solutions de diagnostic et d’entretien : “Un bon entretien passe obligatoirement par une compréhension de la dépollution. Dans ce domaine, trop de mécaniciens n’y connaissent absolument rien.” L’éco-entretien et la formation qui va avec vont donc devenir un passage obligé. Tous les grands centres auto préparent déjà leur personnel à cette révolution. Les constructeurs ont pris du retard, mais les choses devraient rapidement bouger avec l’adoption de cet amendement 17 bis de la loi sur la transition énergétique, qui renforce le contrôle des émissions polluantes des véhicules lors du contrôle technique.

 

 

6881f2b4627b30001e82f064e381a0142a5df5f4

530757autoplus3juilAuto plus

CONTRÔLE TECHNIQUE 2019

Le décalaminage par injection d'hydrogène : nous l'avons testé

Contrôle technique : nouveau tour de vis en 2019 Par Eric Bergerolle le 18.10.2018 à 09h31 ABONNÉS La suppression du filtre FAP et la neutralisation de la vanne EGR seront sanctionnées par une contre-visite au contrôle technique à compter du 1er janvier 2019. Raison de plus pour bien entretenir ces équipements qui n'aiment pas les petits trajets en ville. Contrôle pollution en centre contrôle technique Dekra Sous l'effet de la loi de transition énergétique, le contrôle technique évolue une fois de plus. Le tour de vis sera donné le 1er janvier 2019, lorsque le colmatage et la suppression du filtre à particules et de la vanne EGR seront à coup sûr détectés. Et sanctionnés par une contre-visite. IMAGE © DEKRA NORISKO Que l'automobiliste se rassure, la réforme du contrôle technique programmée pour le 1er janvier 2019 est loin d'avoir l'ampleur de celle entrée en vigueur le 20 mai 2018. Laquelle, soit dit en passant, a fait davantage de bruit que de dégâts. "Depuis la réforme du printemps 2018, le taux de véhicules placés en contre-visite n'a augmenté que de 5 %", rappelle à l'occasion des troisièmes États généraux du Diesel Jérémy Van Weymeersch, Directeur technique et qualité chez le réseau de centres de contrôle technique Autosur. Il n'empêche qu'un nouveau tour de vis sera bel et bien donné le 1er janvier 2019. Là où la réforme du 20 mai 2018 résulte de la transposition en France d'un règlement communautaire, celle du 1er janvier 2019 naît de la loi de transition énergétique de 2015 et de ses décrets d'application, pris en 2017. En gros, il s'agit d'en finir avec les volutes de fumées noires et grasses que lâchent encore trop de vieux moteurs Diesel. Mesurer l'opacité des fumées, c'est traquer les particules Ainsi que le rappelle Bernard Bourrier, Président du métier contrôle technique au CNPA convié lui aussi aux États généraux du Diesel organisés par l'association Diéséliste de France, le contrôle de l'opacité des fumées n'a rien de nouveau. Cette source de pollution à l'échappement est quantifiée depuis le 1er janvier 1996, à l'occasion du contrôle périodique des véhicules Diesel d'avant 1980, et essence d'avant 1972. Par conséquent, la réforme du 1er janvier 2019 ne fait que durcir les exigences du test d'opacité. "A partir de 2019 et pour la première fois, le rapport d'examen du contrôle technique mesurera précisément la transparence du nuage de fumées", révèle Jérémy Van Weymeersch. "La méthode actuelle de contrôle a été rendue obsolète par la sophistication des systèmes de dépollution des moteurs. Pour vérifier la conformité avec les limites d'opacité qui seront abaissées au 1er janvier 2019, il faut des opacimètres plus performants." L'opacimètre est un petit boîtier électronique comprenant un émetteur et un récepteur de lumière, que le contrôleur positionne à la sortie du pot d'échappement. Cet appareil mesure le taux de lumière transmise et le coefficient de diffraction du spectre lumineux : plus le spectre est éparpillé, plus grande est la quantité de particules en suspension. "A l'heure actuelle, la réglementation autorise un coefficient de diffraction de 2,5 m-1 sur un moteur Diesel atmosphérique et de 3 m-1 sur un Diesel suralimenté. Au 1er janvier 2019 cependant, ces valeurs seront grandement resserrées. Le contrôleur ne prendra plus pour référence des valeurs d'opacité des fumées moyennes, déterminées en fonction de l'année de fabrication du véhicule, mais les valeurs d'opacité telles qu'inscrites sur la fiche d'homologation du véhicule. On fera donc du cas par cas, moteur par moteur, modèle par modèle. Or, il faut savoir qu'au-delà d'un taux de diffraction de 0,7 m-1, il est permis de suspecter un défapage." Le Diesel visé au premier chef, mais l'essence émet lui aussi des particules Le défapage ? Ce néologisme désigne une pratique illégale — mais ô, combien répandue sur les véhicules d'un certain âge et mal entretenus — qui consiste à supprimer le filtre à particules, le fameux FAP. "A l'heure actuelle, le taux de contre-visite pour pollution excessive ne dépasse pas le 1 % pour les véhicules Diesel et 5 % pour les moteurs essence", reprend Jérémy Van Weymeersch. "Fatalement, ces chiffres vont augmenter à compter du 1er janvier 2019." Dans quelles proportions ?

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire